Frère Peilidien Alphonse

Frère Peilidien Alphonse

Le soir du 19 Mai 1971. Journée de fête, de détente, de repos. Après le repas de midi, Frère Alphonse prend son chapeau, et va faire un tour dans cet İstanbul qu’il connaît bien. II fait beau, et Frère Alphonse fête aujourd’hui ses 74 ans. C’est en effet le 19 Mai 1897 qu’était né Alphonse Villard, dans la pittoresque ville de Tain, en France.

Tout jeune, Alphonse avait eu l’idée d’entrer chez les Frères, alors si nombreux en France. II fait ses premiers engagements à 16 ans. Mais la guerre, la “Grande Guerre”, éclatait, et le soldat Villard fit courageux sement son devoir. II s’en sortit avec un éclat d’obus dans la jambe, une gère claudication, et des rhumatismes tenaces qui lui permettaient de déceler infailliblement (ou presque) tout changement de temps.

Et ce fut tout de suite le travail en “Orient”. Saint Michel le reçut en 1919, İzmir en 1920, puis Kadıköy en 1922, Tessalonique, Sofia,.. et enfin İzmir en 1937, ou il restera une vingtaine d’années. Ce long séjour fit de lui un vériTable “İzmirli”, connaissant, et comprenant, et au demeurant acceptant. L’atmosphère très vivante et un peu remuante (parfois trop) de ces classes primaires auxquelles il consacra le meilleur de lui-même jusqu’à leur extinction, vers 1960. Aussi, lorsqu’il quitta İzmir en 1966, ce ne fut pas sans un serrement de coeur.

Mais Kadıköy l’appelait, qu’il avait déja connu en 1922. II s’y dévouera à la Procure, à l’economat, toujours effacé, toujours serviable. Beaucoup d’élèves ne le connaissent même pas, ne l’ayant guère entrevu qu’à travers le petit guichet à guillotine de la Procure. Frère Alphonse ne fait d’ailleurs pas de bruit. I1 ne parle jamais de ses malaises, ne veut pas entendre parler de médecins. Et pourquoi des médecins, quand on est encore vert comme lui ? Ce soir du 19 mai, Frère Directeur est inquiet. Frère Alphonse n’est pas encore rentré. II ne rentrera plus. Le jour de ses 74 ans, il avait rendez-vous avec Dieu.

“Palmarès 1971”

19.05.1897 – 19.05.1971